Document Type

Article

Publication Version

Published Version

Publication Date

2012

Journal or Book Title

Dalhousie French Studies

Volume

99

First Page

49

Last Page

61

Abstract

Cinquieme roman de Virginie Despentes, Bye Bye Blondie, recoupe plusieurs leitmotivs de son reuvre: aspect performatif du genre,2 langue explicite, intermedialite, critique feministe de Ia societe. Profondement influencee par Ie postmodernisme, l'esthetique « despentienne » accapare des types de narrations dits « schematiques » afin de les subvertir et d'exposer leur diverses implications. La nature intertextuelle et transgressive des ecrits de Despentes a d'ailleurs fait !'objet de nombreuses etudes. L'ecriture de Despentes constitue egalement une mise en scene, une performance ironique telle que Ia defmit Judith Butler (175, 189) : ses romans reproduisent les conventions de formes litteraires specifiques, notamment celles du roman noir, du polar et de Ia pornographie, pour mieux les detoumer.3 Au-dela d'une recuperation arbitraire, l'auteure propose une veritable reflexion (meta)critique-et feministe-sur Ia sexuation des genres litteraires. Dans Bye Bye Blondie, l'ecrivaine etend cette discussion au conte de fees et au punk-rock.

Comments

This is an article from Dalhousie French Studies 99 (2012): 49. Posted with permission.

Copyright Owner

Dalhousie French Studies

Language

fr

File Format

application/pdf

Share

COinS